Préambule


Chapitre extrait du livre « Cap sur Ushuaia » relatant mon voyage à vélo entre Lima (Pérou) et Ushuaia (Argentine)

Disponible dans la boutique

Cap sur Ushuaia, récit d'un voyage à vélo en Amérique du Sud

Lima, 11 septembre 2007, 22 h 45.

Après douze heures de vol j’atterris au Pérou ; mon vélo Teresa m’accompagne. Les sacoches contiennent quelques vêtements, une casserole, un réchaud, une tente, un duvet, un matelas, quelques outils, un stylo et un calepin. Ce dernier est blanc, encore vierge de pensées, d’anecdotes, de rencontres et de paysages. Il est simplement quadrillé de fines rayures gri­ses qui m’aideront à ne pas perdre le fil de mon histoire. Je dois y coucher les premiers mots. Moment émouvant où la première lettre lance le départ : L.

L comme je me sens pousser des ailes. Des ailes pour sur­voler les pistes d’Amérique du Sud qui me mèneront à Ushuaia. L comme elle, la cordillère des Andes, montagne cyclopéenne occupant mon esprit depuis deux ans. En effet, plus qu’un voyage qui débute, c’est un rêve qui se réalise ; un rêve grand comme cette colonne vertébrale longeant tout un continent. Un rêve lentement et passionnément mûri, renforcé avec le temps et les voyages vécus ; un rêve né de deux ren­contres : en septembre 2005, je déjeunais sur le port d’Auckland avec Christophe Vuillod. Il revenait de six mois de voyage outre-Atlantique où il avait commencé un tour du monde à vélo. J’ai rarement vu d’aussi beaux yeux que les siens. Son regard empli de bonheur en disait long sur ce qu’il avait vécu le long de la cordillère des Andes. Trois semaines plus tard je rencontrais Caroline à Gisborne. Elle venait de pédaler durant un an et demi sur ce continent. La même expres­sion illuminait son visage. Ces regards m’ont profondé­ment marqué et se sont gravés de façon indélébile dans ma mémoire. Je veux moi aussi connaître le bonheur qui comble les âmes des voyageurs : je parcourrai l’Amérique du Sud à vélo !

Je n’imaginais pas m’y rendre seul, mais les voyages qui suivirent ont renforcé à la fois mon expérience et mon besoin de solitude. Deux ans plus tard, je suis prêt pour partir en soli­taire. C’est mon désir profond. Il m’envahit, contrôle mes sens, mes pensées et mes agissements. Tout juste revenu d’un voyage de quatre mille kilomètres dans les Balkans, je quitte amis et famille pour une nouvelle aventure.
Lima, 11 septembre 2007, 22 h 45.

    Retour aux chapitres     Chapitre suivant

Commandez le livre de ce voyage en Amérique du Sud dans la boutique

Cap sur Ushuaia : 18 euros

Récit d'un voyage à vélo en Amérique du sud