Chapitre 16 : Deux morceaux de sucre (Turquie)

Le sucre, c’est ce qui donne mauvais goût (au thé) quand on n’en met pas dedans. Anonyme.

Le thé turc a une telle amertume qu’il ne s’apprécie vraiment qu’avec deux morceaux de sucre. Ajoutées au breuvage, ces douceurs procurent un grand plaisir. Le moment de détente qu’elles accompagnent généralement permet aussi la réflexion.

Après avoir quitté la vallée phrygienne en direction de Kayseri, une question me vient à l’esprit tandis que je plonge le sucre habituel dans le verre à tulipe : combien de kilos de sucre sont consommés chaque année en Turquie pour agrémenter les moments passés à boire le thé ?

Je me lance alors dans d’étonnants calculs. Si chaque habitant boit en moyenne dix thés par jour et y ajoute deux sucres, cela nous fait un total de vingt morceaux consommés chaque jour par tête de Turc, si j’ose dire ! Le pays comptant soixante-quinze millions d’habitants, la consommation atteint un milliard et demi de sucres par jour, soit environ cinq cents milliards par an. Le poids moyen étant d’environ quatre grammes, cette consommation annuelle représente un total de deux millions de tonnes.

Mais alors, d’où vient tant de sucre ?

Nous avons la réponse en arrivant sur les bords du lac salé de Tuz Golu, au centre du pays. Pendant plusieurs jours, nous traversons une morne plaine doucement vallonée parsemée de carrés de verdure tranchant avec les alentours jaunis. Les cultivateurs irriguent les champs de betteraves sucrières jusqu’au moment de l’arrachage. À cette période, des centaines de camions assurent le transport jusqu’aux raffineries les plus proches à quelques kilomètres de Kayseri. Des milliers de tonnes de betteraves sont entassées en imposants monticules près de l’usine. Nous ignorions cette particularité de l’agriculture du pays. En récoltant quatorze millions de tonnes de betteraves par an sur trois cent vingt mille hectares, la Turquie est le cinquième producteur mondial.

En sachant que chaque tonne de betteraves donne environ cent soixante kilos de saccharose et que le rendement moyen est de quarante et une tonnes de betteraves par hectare en Turquie, la consommation de sucre lors des pauses çay nécessite une production de plus d’un million trois cent mille tonnes de betteraves cultivées sur trente-deux mille hectares. Lorsque les Turcs font tourner dix fois par jour leur cuillère dans leur verre à tulipe, ils consomment 10 % de leur production nationale, pour le plus grand bien d’un secteur important de leur agriculture.

En poussant le calcul un peu plus loin, on peut se faire une idée de leur participation individuelle à l’économie du pays. L’espérance de vie est de soixante-treize ans. En considérant que chacun commence à boire du thé aussitôt après le biberon, comme nous avons pu le constater, et qu’il en consomme jusqu’à la fin de sa vie, quitte à en prendre en perfusion lors de ses derniers jours, cela fait un total de vingt-cinq mille cinq cents jours. À raison de dix thés par jour avec deux morceaux de sucre, un Turc en consommera plus de cinq cent onze mille fois dans sa vie, soit environ deux tonnes. À ce niveau-là, on n’est plus dans le domaine du patriotisme mais plutôt dans celui du dévouement ! La nation peut se montrer reconnaissante…

Pour notre part, nous avons bu en moyenne dix thés par jour. En quarante jours de voyage, nous avons donc consommé huit cents morceaux de sucre, soit trois kilos. Cela représente une production de dix-neuf kilos de betteraves, cultivées sur moins de cinq mètres carrés. Notre passage en Turquie est passé inaperçu, telle une brassée de betteraves perdue dans l’immensité anatolienne. Même en y rajoutant les baklavas et les loukoums dégustés en route, nous n’en avons pas ingurgité plus de cinq kilos par personne.

Nous pourrions également calculer le nombre de calories ainsi gagnées par chaque habitant, le nombre d’heures passées à mélanger le sucre et l’énergie dépensée à le faire. Mais pour cela il me faudrait encore boire un thé et consommer deux morceaux de sucre supplémentaires. Nous en resterons donc là…

Retour aux chapitres